La Guerre des Deux Roses

 

< Suivant : Les Tudor et les Rebellions Catholiques >

Cette guerre civile à lieu au cour du XVe siècle entre les duchés de York et Lancastre. Ces fiefs avaient comme symboles héraldiques une rose rouge (Lancastre) et une rose blanche (York). Tout deux clament la descendance de la maison royale des Plantagenêt et ils s’affrontent dans une série de batailles pour la succession du trône d’Angleterre.

Table des matières

Introduction: Une vielle guerre ayant toujours des résonances actuelles

Contexte: Famines, peste noire et Guerre de Cent Ans

Guerre des Deux Roses

Les Prémices de la Guerre des Deux Roses (1377-1455)

La montée des Yorkistes (1455-1461)

Apogée des Yorkistes et fin d’une dynastie (1461-1485)

Carte des événements et batailles de la Guerre des Deux Roses

La Guerre des Deux Roses aujourd’hui

Une vielle guerre ayant toujours des résonances actuelles

L’histoire de cette guerre est complexe avec une issue tellement incongru que j’ai préféré la développer plus en détail dans les tableaux ci-après. Cependant il faut savoir qu’aujourd’hui il existe encore une rivalité entre le comté du Yorkshire et celui du Lancashire. Bien qu’aujourd’hui la frontière ne soit qu’administrative, il y a bel est bien une frontière psychologique entre les habitants des deux comtés. Par exemple, une personne du Yorkshire qui se rend dans le Lancashire (ou vice-versa), se réfère souvent à l’expression « on the other side of the border » (littéralement: de l’autre côté de la frontière). Passer de l’autre côté devient comme une plaie, une chose que cette personne n’a vraiment pas envie de faire. Et cet antagonisme vient tout droit de cette guerre ! La rivalité est d’autant plus marquée lors de rencontres sportives. C’est un peu ce qui m’a poussé à en savoir plus sur cette guerre afin de comprendre pourquoi une telle rivalité existe encore de nos jours.

Le drapeau actuel du Yorkshire, héritage du duché de York

A savoir: aujourd’hui le drapeau officiel du comté du Yorkshire est adorné d’une rose blanche sur fond bleu (héritage symbolique du duché de York). Or il y a encore quelques années ce drapeau n’avait pas le droit d’être érigé sur les bâtiments publics ou sur les frontons de maison ou commerce donnant sur la rue sans autorisation administrative spéciale. Cependant depuis juillet 2008, cette restriction a été levée et le drapeau du Yorkshire fait désormais parti de la liste officielle des drapeauxdu Royaume-Uni.

Contexte: Famines, peste noire et Guerre de Cent Ans

Pour vraiment comprendre cette guerre, il faut d’abord regarder les événements et le contexte historique qui l’a précédé. Comme partout en Europe, le XIVème siécle est marqué par de nombreuses calamités. Il y a d’abord les disettes à répétition au début du siècle qui culminent avec la Grande Famine de 1315-17. Puis vers le milieu du siècle c’est  l’épidémie de Peste Noire. Pour le Yorkshire, entre famines et épidémies, il est estimé que presque un tiers de la population de la région péri à cette époque, toutes catégories sociales confondues. Si on ajoute à cela la Guerre de Cent Ans qui commence en 1337, la  région va perdre un grand nombre de ses Seigneurs normands qui meurent soit sur les champs de bataille de France ou soit sont victimes de la maladie. C’est un nouveau tournant dans l’histoire de la région car ce vide de pouvoir permet à de nouvelles familles de prendre le contrôle des terres grâce à de complexes successions d’héritage. A la fin du XIVème siècle, quasiment tout le Yorkshire sera sous l’influence des deux grands duchés de York et de Lancastre.

Guerre des Deux Roses

Les Prémices de la Guerre des Deux Roses (1377-1455)

Nommée a posteriori « Guerre des Deux Roses », celle-ci commence officiellement en 1455 avec la première bataille de St Albans. Cependant son histoire est enracinée dans une série d’événements qui commencent dès la mort d’Edouard III en 1377 et il est impossible d’en comprendre les raisons sans parler de ces événements.

Edouard III a quatre fils: Edouard (Prince de Galles), Lionel d’Anvers (Duc de Clarence), Jean de Gand (Duc de Lancastre) et Edmond de Langley (Duc de York). La longévité exceptionnelle de son règne (1327 -1377) fait que deux de ses fils meurt avant lui et son petit fils Richard II prend sa succession en 1377. Mais celui-ci est un roi autoritaire entouré de mauvais conseillers. Son propre cousin, Henri de Bollingdroke, issu de la maison des Lancastre, monte un coup d’état et l’évince de la couronne en 1399 pour devenir Henri IV. C’est l’inauguration du règne de la Maison de Lancastre, branche cadette des Plantagenêt.

Arbre généalogique d’Edouard III – Les prémices de la Guerre des Deux Roses

L'arbre généalogique ci-dessus nous montre les prémices de la guerre après la succession d'Edouard III. On voit bien ici que l'avantage est clairement détenu par la Maison des Lancastre.


Le tableau ci-dessous explique plus en détail les événements de cette période.

DatesEvénements
1377

Mort d'Edouard III. Son petit fils, Richard II devient le roi d'Angleterre. Celui-ci va exercer un règne très autoritaire contre ses seigneurs. Il s'entoure également de conseillers très impopulaires et la révolte gronde au sein même de la cours du roi.

1399

Soutenu par la plupart des seigneurs, le maître de la Maison de Lancaster, Henry de Bolingdroke s'empare du trône et se fait couronner roi d'Angleterre à la place de Richard II. Il devient Henri IV.

1413

Son fils Henri V le succédera après sa mort en 1413.

1415

Nous sommes en pleine Guerre de Cent Ans contre la France et Henri V déjoue un complot contre lui organisé par Richard de Conisburgh, comte de Cambridge et descendant direct du Duc d'York, Edmund de Langley. Richard de Conisburgh sera exécuté, mais son fils Richard Plantagenêt devient Duc d'York et celui-ci fera tout pour exercer sa revanche sur le successeur d'Henri V dans les années à venir.

1422

Henri VI, fils d'Henri V et de Catherine de Valois devient roi d'Angleterre à l'age de neuf mois.  

1431-1453

Henri VI est sacré roi de France en 1431 mais ses droits seront définitivement révoqués en 1453 après la victoire définitive de Charles VII sur les anglais, marquant ainsi la fin de la Guerre de Cent Ans. La perte de toutes les possessions françaises (sauf Calais) affaiblira énormément l'influence d'Henri VI auprès des seigneurs et ceux-ci commencent à le considérer comme un roi faible et inefficace.

1453

Henri VI est pris de crise de folies et le puissant Richard d'York devient "Lord Protector". Celui-ci commence à clamer sa descendance directe au trône d'Angleterre et s'entoure de puissants alliés comme Salisbury et Warwick.

1455

Henri VI est guéri et sa femme, Marguerite d'Angou, réussi à déjouer les plans de Richard d'York pour réinstaurer son mari sur le trône. Richard d'York est écarté de la cour royale.

La montée des Yorkistes (1455-1461)

Le tableau ci-dessous explique en détail les batailles et événements de cette période. En voici la légende :

Batailles gagnées par la maison de York

Batailles gagnées par la maison de Lancastre

DatesEvénements
1455

Richard d'York en vient aux armes et part avec une petite armée en route vers Londres et affrontera les hommes d'Henri VI à la Première Bataille de Saint-Albans (22 mai 1455). Henri VI qui est à nouveau malade sera capturé et Richard reprend sa position de "Lord Protector" tout en s'assurant de bien écarter du pouvoir Marguerite d'Anjou.

1456-1459

Richard se rend en Irlande pour mater une rebellion naissante et Henri VI et Marguerite d'Anjou en profittent pour s'enfuir à Coventry sous la protection du Duc de Somerset. Entre temps la popularité de Richard s'affaiblie à Londres car les marchands ne sont pas contents du désordre engendré par l’instabilité de pouvoir. C'est l'allié du Duc d'York, le Comte de Warwick qui reprendra les choses en main et aura désormais les faveurs des marchands de Londres.

1459

De nouveaux affrontements auront lieux après le retour de Richard d'York d'Irlande mais ne tourneront pas à son avantage ou à celui de son allié Warwick. La Bataille de Ludford Bridge (12 octobre 1959) sera un désastre et Richard est contraint de s'exiler en Irlande tandis que son fils aîné Edouard, Warwick et Salisbury trouvent refuge à Calais.

1460

Cette année là, les yorkistes prendront l'avantage et c'est à la Bataille de Northampton (10 juillet 1460) qu'ils emporteront la victoire contre les lancastriens et captureront à nouveau le roi Henri VI. Richard d'York se rend à Londres et demande à ce que le parlement soit rassemblé. Il proclame alors sa prétention au trône mais malheureusement pour lui, personne pas même son allié Warwick le supportera. Un vote des parlementaires décidera sur un compromis appelé l'Acte d'Accord où Henri VI reste roi et reconnaît Richard d'York comme son successeur, déshéritant ainsi le fils d'Henri, Edouard alors agé de six ans. Richard d'York est renommé "Lord Protector""

Fin de l'année 1460

Bien entendu cette décision ne plait pas du tout à Marguerite d'Anjou qui s'enfuit avec son fils vers le nord pour reformer une armée. Richard d'York et son allié Salisbury partent à la fin de l'année pour en découdre avec cette armée. Le 30 décembre 1460, ils sont au château de Sandal, près de Wakefield dans le West-Yorkshire et bien que leur armée soit bien moins nombreuse que celle de Marguerite, Richard d'York ordonne à son armée de sortir du château. S'en suivra une fin tragique pour Richard d'York, son second fils (Edmond) et son allié Salisbury qui subissent une défaite cuisante à la Bataille de Wakefield. Ils sont capturés et sont tout trois décapités sous les ordres de Marguerite. Leurs têtes seront placées sur les portes de York.

Conséquences de la bataille:
- Après cet événement tragique, c'est le fils aînée de Richard, Edouard qui devient le nouveau duc d'York (quatrième du nom). L'Acte d'Accord étant toujours valable, il devient donc l'héritier du trône.
- En même temps le comte de Warwick, étant l'unique héritier de Salisbury, devient le propriétaire foncier le plus puissant du royaume.
- Le nord de l'Angleterre est maintenant aux mains des lancastriens, mais Henri VI est toujours sous la capture des yorkistes à Londres. Marguerite va chercher alliance avec l'Ecosse pour le libérer

Février 1461

Après son accord passée avec la reine d'Ecosse, Marie de Gueldre, Marguerite se retrouve à la tête d'une armée mixte faite de fidèles et de mercenaires. Elle n'a pas d'argent pour les payer et son avancée vers Londres ne se ferra que par le pillage systématique des régions qu'ils traversent. Londres a de plus en plus peur de son arrivée et l'impopularité de Marguerite et du roi Henri VI ne ferra alors que de s'aggraver dans la capitale.



Les yorkistes veulent contrer un ralliement des troupes lancastriennes du Pays de Galle avec celle venant du Nord. Edouard, fils de Richard et nouveau duc d'York, alors agé de 18ans mènera pour la première fois ses troupes à la victoire lors de la Bataille de Mortimer's Cross (2 février 1461). Du côté des Lancastre, il est a noté que Owen Tudor, le grand-père de Henri Tudor, sera capturé et exécuté.

La victoire des yorkistes n'est que de courte durée car les troupes de Marguerite arrivent rapidement vers Londres. Warwick qui est toujours à Londres, est pris au dépourvu et ne peut pas compter sur le soutien d'Edouard qui n'a pas le temps d'arriver après la bataille de Mortimer's Cross. Il doit donc sortir de Londres et affronter les lancastriens à la Seconde bataille de St Albans le 17 février 1461. La défaite sera cuisante pour les yorkistes et Warwick sonnera l'ordre de la retraite.

Conséquence de ces deux batailles:
- Edouard a su prouver son leadership avec ce premier fait d'arme. Ses troupes lui sont d'autant plus fidèle.
- Henri VI est libéré. En effet, Warwick l'avait emmené avec lui lors de la bataille et selon la légende celui-ci sera retrouvé sous un arbre atteint à nouveau de crises de folies.
- Les lancastriens se voient refuser l'entrée à Londres. Leur réputation de pilleurs les a suivi jusqu'à la capitale et les marchands ne veulent pas leur ouvrir les portes. Un siège serait trop coûteux pour les lancastriens. De nombreuses troupes ont déjà désertées et repartent avec leur butin vers le nord et l'Ecosse.
- Warwick et la majeur partie de ses troupes ont pu s’échapper pour rejoindre Edouard. Ceux-ci marchent victorieusement vers Londres.

Mars 1461

Après leur retrait de Londres, les troupes de Marguerite sont remontées vers le nord et s'installent à Dunstable, à 50km de la capitale. En même temps, Edouard rentre dans Londres avec Warwick victorieux. Il a acquis le cœur des londoniens et de ses marchands qui l'acclament à coup de "King Edouard", comme une sorte de libérateur. Désormais, Edouard peut assouvir son autorité sur la couronne, chose que son père n'a jamais pu faire, et le parlement se réuni hâtivement le 4 mars 1461 pour le proclamer roi. Cependant Edouard refuse d'être officiellement couronné tant que l'"usurpateur" Henri VI et sa femme son en vie.

Edouard sait qu'il doit désormais en découdre avec les Lancastre et il se dirige vers le nord à la mi-mars. Henri VI et Marguerite sont maintenant sorti de Dunstable et se sont réfugiés à York. Tandis qu'Edouard rallie de plus en plus de sympathisant lors de sa marche vers le nord, les troupes lancastriennes se posent de plus en plus de questions quant-à la stabilité mentale de leur roi. Et si vous ajoutez à celà qu'Henri ne se bât jamais avec ses hommes comparé à Edouard, et qu'en plus Marguerite est vu par certain comme une manipulatrice qui profiterait de la situation, le morale des troupes lancastriennes n'est donc pas au plus fort comparé à celui des yorkistes.

Le 28 mars 1461, une escarmourche entre les deux forces à Ferrybridge, un village traversé par la rivière de l'Aire dans le Yorkshire va provoquer la rencontre finale entre les deux armées. En effet, après cette bataille remportée par les yorkistes, rien ne les empêchent de se rendre vers York. Les commandants Lancastre préférent mener bataille à champs ouvert plutôt que d'avoir à subir un siége. Dans tout les cas, les deux camps veulent s'affronter et plus vite la bataille aura lieu, plus vite la situation sera réglée.

C'est ainsi que le 29 mars 1461 aura lieu la bataille de Townton, petit village situé au sud-ouest de York, non loin de Tadcaster. Le nombre de troupe engagé est impressionnant. Les chiffres de l'époque sont sans doute exagérés car ils parlent de 200,000 combattants sur le champ de bataille, mais les historiens d'aujourd'hui s'accordent à dire que pas plus de 50,000 combattants étaient présents. La bataille sera acharnée et la météo exécrable rend l'utilisation des archers quasi impossible. C'est donc une bataille au corps à corps qui aura lieu. Bien que les Lancastre prennent d'abord la main, c'est en fait avec l'arrivée tardive du contingent du Duc de Norfolk, allié d'Edouard, que la situation sera complètement renversée. Les lancastriens sont pris au dépourvu et prennent la fuite, mais il n'y a pas de quartier et la bataille tourne au massacre. Il sera estimé que plus de 20,000 personne périront au cour de la bataille, la plus sanglante de toute l'histoire d'Angleterre sur son propre sol.



Apogée des Yorkistes et fin d’une dynastie (1461-1485)

Edouard et désormais vainqueur et la maison Lancastre n’est plus, ou presque. En effet, Henri et Marguerite, ainsi que leur fils Edouard ont réussi à s’échapper et ont trouvé refuge en Ecosse. Edouard peut  être couronné roi d’Angleterre, ce qui sera fait en juin 1461. En 1465, Henri VI sera même capturé et emprisonné à la Tour de Londres. Mais tout n’est pas fini pour les Lancastre. Après une série d’événements impliquant la nouvelle reine d’Angleterre, Elisabeth Woodville, Edouard et Warwick ne s’entendent plus. Les choses tournent si mal, que Warwick et le frère d’Edouard, George Duc de Clarence trahissent le roi et se rebelle pour le renverser en 1469. Ils échouent et se retrouvent exilés en France. Là-bas, le hasard fera que Warwick et George formeront une nouvelle alliance avec Marguerite et Louis XI, roi de France . En 1470, ils envahissent l’Angleterre et rétablissent Henri VI sur le trône.  Mais leur succès ne sera que de très courte durée car Edouard reprendra le trône par la force dès 1471 après la défaite des Lancastre et la mort du jeune Edouard, fils du roi Henri VI à la bataille de Tewkesbury.

Après le retour d’Edouard, les choses se calment et il semblerait que la victoire Yorkiste soit complètement acquise. Or Edouard meurt subitement en 1483 et son fils Edouard V (agé de 12 ans) ne sera que brièvement sur le trône. En effet, son oncle Richard, qui doit assuré la régence jusqu’à sa majorité, se retrouve entraîné dans une série de complot qui au final l’amèneront sur le trône sous le nom de Richard III. Cependant son règne sera très bref, car en 1485 un jeune et ambitieux guerrier, descendant indirect de la maison de Lancastre et du nom d’Henri Tudor, réclame la couronne d’Angleterre. Celui-ci sera victorieux à la bataille de Bosworth où Richard III sera exécuté. Henri Tudor est proclamé roi et intelligemment mariera la dernière descendante Yorkiste, Elisabeth d’York. Les deux maisons sont désormais réunis, la guerre civile n’est plus et la dynastie des Plantagenêt est éteinte.

Arbre généalogique de la Guerre des Deux Roses – De l’apogée des Yorkistes jusqu’à la fin de la dynastie des Plantagenêt

L'arbre généalogique ci-dessus nous montre l'apogée des Yorkistes, mais également la fin de la dynastie des Plantagenêt et le début de celle des Tudor.


Le tableau ci-dessous explique plus en détail les événements de cette période.

DatesEvénements
Mars 1461

Après la victoire de Towton, Edouard se dirige vers York pour affronter Henri et Marguerite. Mais ceux-ci se sont déjà enfuis et trouveront refuge en Ecosse. Pour les chefs Lancastre qui n'ont pas été vaincus, soient ils passent du côté Yorkiste, soit ils s'enfuient et se retranchent dans leurs fiefs pour continuer la rébellion.

Juin 1461

De retour à Londres, Warwick s'empresse d'organiser le couronnement et Edouard est fait roi d'Angleterre le 28 juin 1461 en prenant le titre d'Edouard IV. Un Yorkiste est finalement sur le trône et il n'a que 19 ans ! Grâce aux largesses du nouveau roi, Richard de Neville (Warwick) devient le plus important propriétaire terrien du royaume

1464

Edouard et ses alliés les frères Warwick sont en pleine négociation avec la couronne d'Ecosse lorsque de nouvelles révoltes lancastriennes surgissent au nord de l'Angleterre. Deux batailles auront lieux:
- 25 avril 1464: Bataille de Hedgeley Moor (Northumberland)
- 15 mai 1464: Bataille d'Hexham (Yorkshire)
Ces deux batailles impliquent John Warwick, frère du puissant Richard du côté des Yorkistes et le Duc de Sommerset du côté des Lancastriens. Par deux fois John sera vainqueur et à Hexham le Duc de Sommerset sera capturé et exécuté. Henri VI était également présent à la bataille d'Hexham mais celui-ci réussi à s’échapper et trouve refuge dans les montagnes du Pennines.

Conséquences de ces batailles:
- Le chef le plus puissants de la maison des Lancastre n'est plus. Celà porte un coup au moral des rebelles et très peu d'entre-eux souhaitent continuer.
- Le roi Henri VI est caché par des fidèles mais son influence au sein même des derniers Lancastre a fortement diminuée.
- Les négociations entamées par Edouard avec l'Ecosse vont bon train et Marguerite et son fils Edouard se voient obligés de partir du pays. Ils trouvent refuge en France.

1464

Le 1er mai 1464, Edouard marie en secret la veuve d'un guerrier Lancastre, Elisabeth Woodville. Cela fit sensation à l'époque lorsque le mariage d'Edouard avec une noble de second rang fut finalement révélé en octobre 1464. La beauté d'Elisabeth en ajoutait encore plus d'intérêt. Cette révélation survient lorsque le principal allié d'Edouard, Richard de Neville (Warwick), arrive finalement à obtenir l'accord du roi de France Louis XI pour faire une alliance matrimoniale en mariant Anne de France avec Edouard. Cette affront de l'impétueux Edouard ne sera pas oublié par Warwick et les choses tourneront de plus en plus mal entre les deux hommes durant les années à venir.

1465-1469

Cette période est cruciale pour comprendre les raisons qui mènent Warwick à trahir le roi:

1. Elisabeth Woodville est couronnée "Reine Consort" le 26 mai 1465 malgré les réticences des proches d'Edouard (notamment Warwick) et du clergé. Dans les années qui viennent, l'ensemble de la famille Woodville va profiter de cette situation. Tous les frères et sœurs d'Elisabeth seront mariés à des familles noble influentes et le roi leur fait de nombreuses largesses.

2. Après l'affront contre le roi de France, Edouard en rajoute en voulant faire alliance avec la Bourgogne, ennemie du Royaume de France ! Une alliance sera conclue lorsque le 3 juillet 1468, la sœur d'Edouard IV est mariée à Charles, Duc de Bourgogne.

3. Pour des raisons assez inconnues, Edouard refuse de laisser ses deux frères marier les filles de Warwick (Richard Duc de Gloucester avec Anne de Neville et George Duc de Clarence avec Isabelle de Neville). Warwick profitte de cette situation pour faire alliance avec George et celui-ci sera entrainé dans le complot.

1469

Complot et trahison de Warwick

Début juillet, une fausse rébellion est organisée par Warwick dans le nord du pays pour faire sortir Edouard de Londres. Or le complot de Warwick commence à se mettre vraiment en place lorsqu'il donne sa bénédiction à George Duc de Clarence de marier sa fille Isabelle en secret le 11 juillet 1469. L'alliance entre les deux cousins est désormais scellée. Le lendemain, ils déclarent leur soutient aux rebelles et Warwick fait courir une rumeur annonçant qu'Edouard est un enfant illégitime et que le vrai roi devrait être George. Les comploteurs ont déjà organisé leur armé et se dirige vers le nord pour affronter les forces royales en passe de rejoindre l'armée du roi. C'est la bataille d'Edgecote Moor, le 26 juillet 1469 où Warwick et George en sortiront victorieux.

Conséquences de cette bataille:
- Edouard est dénué de son renfort et se retrouve sans soutiens. Il sera capturé quelques jours plus tard par Warwick et emprisonné au château de Middleham dans le Yorkshire. A ce moment précis, Warwick a deux rois emprisonnés et à sa charge !
- Après la bataille Le père de la Reine Consort, Richard Woodville, ainsi que son frère John sont traînés en justice et son exécutés le 12 août 1469. Cette incident ne sera pas sans répercussion et jouera une part cruciale dans la revanche d'Elisabeth contre Warwick

Malheureusement pour les comploteurs, un pays sans roi est un pays au désarroi et l'instabilité est grandissante ! Warwick et George se retrouvent sans soutiens et sont contraints à libérer Edouard le 10 septembre 1469. Malgré la trahison, Edouard ne souhaite pas punir les comploteurs et préfère la réconciliation. Même si Warwick accepte le pardon royal, la réconciliation n'est que de façade.

Mars 1470

Malgré la réconciliation, Warwick se retrouve de plus en plus écarté du cercle d'influence royal. Il ne supporte pas cette situation et commence à fomenter un nouveau complot avec d'anciens lancastristes dont notamment le baron Robert Welles. Début mars 1470, une révolte éclate dans le Lincolnshire et Edouard s'en va mater les rebelles lui-même juste pour découvrir qu'en fait Warwick et Clarence sont à nouveau derrière un complot pour le détrôner. Les deux camps s'affrontent le 12 mars 1470 à la bataille de Losecoat Field. Cette fois, Edouard ne se fait pas surprendre et les forces du baron Robert Welles sont mises en complête déroute.

Conséquences de cette bataille:
- Le baron Robert Welles est capturé et plus tard exécuté. Cependant il dénonce ses complices Warwick et Clarence avant sa mise à mort
- Warwick et Clarence sont contraints à s'enfuir et s'exilent en France. Le roi de France Louis XI intervient et leur donne une pleine protection.

Automne 1470

Louis XI profite de la situation afin de contrer une alliance entre l'Angleterre et la Bourgogne. En effet, il arrive à convaincre deux ennemis mortels, Warwick et Margueritte d'Anjou de faire alliance ensemble ! Le but de l'alliance est de libérer Henri VI et de le restaurer sur le trône. Warwick voit une opportunité de contrôler un roi marionnette et Margueritte pense plutôt à la sucessesion afin de placer son fils Edouard sur le trône.

Avec le soutient du roi de France, Warwick forme une nouvelle armée et arrive à Plymouth et Dartmouth le 13 septembre 1470. Entre temps, il a réussi à écarter Edouard de Londres. Celui-ci se dirige vers le nord pour mater une nouvelle rébellion lancastriste. En apprenant la nouvelle de l'arrivée de Warwick, il fait demi-tour mais se retrouve piégé par d'autres forces lancastristes faisant parti du complot. Cependant il arrive à s'enfuir et rejoint les côtes du Yorkshire où un bateau l’emmènera pour la Hollande. De là, il retrouve son beau-frère, le Duc de Bourgogne, Charles le Téméraire chez qui il trouve refuge.

Warwick entre dans Londres victorieux et s'empresse de restaurer Henri VI sur le trône le 30 octobre 1470. Le roi est paradé dans les rues de la capitales, mais au final c'est bien Warwick qui est le réel vainqueur et gouverneur du pays.

Hiver 1471

Warwick fort de cet avantage accepte une alliance formelle avec Louis XI pour l'aider à envahir le Duché de Bourgogne. En échange, le roi de France lui promet des territoires en Hollande en cas de victoire. Apprenant cela, Charles le Téméraire accepte de financer la reconquête du trône d'Angleterre pour Edouard IV. Ce dernier débarque le 14 mars 1471 sur les côtes du Yorkshire à la tête d'une petite armée et rejoint très vite York. De là, Edouard réussi à rallier plusieurs partisans à ses côtés et comble de tout, son frère George de Clarence change à nouveau de camp et trahit ainsi Warwick !

Printemps 1471

Edouard réussi sans trop de difficulté à reprendre Londres et Henri VI se place "volontairement" sous la protection d'Edouard. Mais Warwick est toujours en fuite. Après plusieurs échauffourées, les deux armées se rencontrent finalement à la bataille de Barnet au nord de Londres le 14 avril 1471. La bataille se déroule sous un brouillard très dense et les Lancastriens, malgrè leur supériorité numérique (20000 vs 15000), sont déroutés. Warwick et son frère sont tout deux massacrés en tentant de s'échapper du champ de bataille.

Entre temps, Marguerite d'Anjou et son fils Edouard ont débarqué sur les côtes du Sud d'Ouest de l'Angleterre à Weymouth et tentent de rallier l'armée de Warwick. Apprenant la nouvelle de la défaite de ce dernier, Marguerite ne souhaite pas retourner en France, mais décide plutôt de rejoindre le fief des Lancastriens au Pays de Galles afin de reformer une puissante armée capable de vaincre Edouard IV. Prenant la voie la plus directe, elle se retrouve à Gloucester afin de traverser la Severn. Or sous les ordre d'Edouard qui a compris le plan de Marguerite, la ville lui refuse l'entrée et elle se voit contrainte de faire un détour en direction de Tewkesbury. L'armée de Marguerite s'engage dans une marche forcée afin d'éviter la rencontre avec les Yorkistes, mais il est trop tard et la bataille de Tewkesbury a lieu le 4 mai 1471. Encore une fois, malgré la supériorité numérique (6000 vs 5000), les Lancastriens subissent une défaite cuisante. Plus de la moitié de l'armée de Marguerite est massacrée, tous les commandants sont capturés et exécutés et crucialement, le fils de Marguerite, le Prince Edouard est également exécuté.

Conséquence de ces deux batailles:

- La victoire Yorkiste est totale. Warwick le traître n'est plus et avec la mort du Prince Edouard de Westminster, les Lancastriens ne peuvent plus prétendre au trône
- Marguerite qui s'était réfugiée dans un sanctuaire pendant la bataille est capturée puis paradée à Londres. Elle sera par la suite emprisonnée pendant plusieurs année avant que son père puisse enfin payer une rançon. Elle rejoint finalement la France en 1476, déchue, veuve et sans descendance. Elle meurt en 1482.
- Henri VI n'a plus de légitimité et est complètement vaincu. Il meurt le 21 mai 1471 à la Tour de Londres vraisemblablement assassiné par Richard de Gloucester, le frère d'Edouard IV. La version officielle stipulée qu'il serait mort de "chagrin".

De 1471 à 1483Avec la restauration d'Edouard IV sur le trône, le royaume connaît enfin une période de paix et de stabilité relative. Le roi se tourne vers les affaires étrangères et signe un traité de paix avec la France mettant officiellement fin à la Guerre de Cent Ans, le traité de Picquigny, signé le 29 août 1475. Mais les vielles rancunes ne meurent pas facilement car en 1478, George est à nouveau accusé de comploter contre le roi et cette fois sera exécuté !

Cependant en 1483, Edouard tombe gravement malade et meurt subitement le 9 avril. Avant sa mort, il avait nommé dans son testament son frère Richard de Gloucester comme "Protecteur du Royaume". Mais Edouard a deux fils et l’aîné agé de douze ans devient Edouard V.


Eté 1483

Après la mort d'Edouard IV, la famille de la reine, les Woodville, sont accusés d'avoir trop d'influence sur la couronne et Richard de Gloucester se retrouve contraint par des membres de la cour d'intervenir. En fait, le futur Edouard V est sous la protection du Comte Rivers, frère d'Elisabeth Woodville et Richard orchestre un complot pour faire amener les deux fils de la reine à Londres. Une fois qu'il a finalement la main sur les deux jeunes prince, il les fait "enfermer" à la Tour de Londres sous le prétexte que leurs vies sont en danger. Cependant il en profite pour rallier le Parlement vers sa cause en déclarant que le mariage d'Edouard avec Elisabeth était invalide, rendant ainsi les Princes héritiers illégitimes. C'est ainsi que sous l'acte de "Titulus Regius", le Parlement cède le trône à Richard de Gloucester qui devient alors Richard III lors de son couronnement le 6 juillet à l'Abbaye de Westminster. Les deux jeunes princes quant-à eux subiront une fin tragique et mystérieuse. Leur enfermement à la Tour de Londres est confirmée, mais il font de moins en moins d'apparition publique et ils finissent par disparaître. Leur exécution ne sera jamais prouvée, ni leurs corps retrouvés !

De 1483 à 1485

Cette courte période de deux ans marque le règne de Richard III. A peine sera-t-il sur le trône que les premiers soulèvement se font entendre. Beaucoup n'acceptent pas la façon dont les princes héritiers furent traités et de nouvelles voix se font entendre pour amener un nouveau prétendant au trône, Henti Tudor. Celui-ci est un descendant indirect des Lancastriens et est en exile depuis sa jeune enfance. Durant cette période plusieurs tentatives de complots auront lieux pour faire amener Henri Tudor sur le trône. De plus, l'unique héritier de Richard III meurt en 1484 et un an plus tard c'est au tour de sa femme de mourir. Richard III se retouve de plus en plus isolé.

Eté 1485

Le 1er août 1485, Henri Tudor débarque sur les côtes du Pembrokshire dans le Pays de Galles. Il a réussi à rallier à sa cause beaucoup d'opposant d'Henri III, Lancastriens et Yorkistes. Il entame sa marche vers Londres. Le 22 août 1485 a lieu la bataille de Bosworth. Les forces armées sont à peu près égales, mais de graves erreurs tactiques donneront l'avantage à Henri Tudor et Richard III se retrouve encerclé lors d'un assaut mal orchestré. Il sera tué sur le champ de bataille, signant ainsi la défaite finale des Yorkistes.

Conséquence de cette bataille:
- Henri Tudor devient de facto le nouveau roi d'Angleterre sous le nom d'Henri VII. Il est couronné le 30 octobre 1485 à l'Abbaye de Westminster.
- Avec la mort de Richard III, la destinée des Plantagenêts n'est plus. Il n'y a aucun descendant légitime et Henri commence ainsi une nouvelle lignée royale, les Tudors
- Henri VII réussi a mettre fin au querelles ancestrales de la Guerre des Roses en épousant Elisabeth d'York, la fille d'Edouard IV, créant ainsi une alliance entre les deux Maisons ennemies.

Carte des événements et batailles de la Guerre des Deux Roses

La Guerre des Deux Roses aujourd’hui

Les faits nous le montre bien, les deux camps n’avaient que très peu d’affinités pour les affaires régionales. C’etait une guerre pour le controle de la couronne, donc le control de la capitale. Au final le duche de York, ne controlle qu’une partie infime du Yorkshire. La dénomination « guerre des deux roses » n’est en fait apparu qu’au XIXe siècle grâce a la publication du livre de Walter Scott, « Anne de Geierstein ou la Vierge des Brouillards ». Le livre raconte l’histoire de deux exilés Lancastriens en Suisse qui finissent par rencontrer Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne et essaye de le convaincre de rejoindre leur cause pour se débarrasser des Yorkistes. Le livre fait sensation à l’époque et c’est à partir de ce moment que l’antagonisme entre les deux régions va vraiment s’exacerber. Sans oublié que la propagande des Tudor dans les années qui suivront la guerre, sera en faveur des Lancastre et dépictera Richard III comme un monstre. Shakespeare fut d’ailleurs l’un des principales acteurs de cette propagande avec la pièce intitulée « Richard III ». Dans ce contexte, on peut comprendre que l’amalgame entre le nom des duchés et le nom des régions est très facile à faire. Ajoutez un peu de chauvinisme régional et vous obtiendrez le résultats actuel : une parfaite méprise entre les habitants des deux régions !

Mais l’antagonisme ne vient pas que de la littérature, loin de là. Les rencontres sportives interrégionales on largement contribuées à cette rivalité.

Championat mondial de lancé de boudin noir

Do you have an opinion on the above? Please share it and leave a reply